Il y a quelques années mon deuxième fils – âgé à l’époque de 6 ans – s’était mis en tête avec 3 potes de s’inscrire à des cours de gymnastique, les cours étaient astucieusement placés le vendredi soir à 19h, et quand vous lâchez 4 copains sur des tapis de sol et des trampolines à cette heure-là…

Au bout de quelques mois j’ai dû aller le récupérer au milieu du cours car le jeune professeur de 23 ans n’en pouvait plus de leurs “comportements délinquants”.

Et là il me dit désolé : « vous comprenez, ils ne veulent pas travailler ! »

Je me suis mordu la lèvre pour ne pas rire et lui répondre : « qu’effectivement à 6 ans un vendredi à 19h je les comprenais, ayant moi-même arrêté depuis 1 heure ! »

Mais plus sérieusement derrière cette formule maladroite se cache une des confusions les plus toxiques de l’entreprise : celle entre la Fonction et la Mission.

  • Une fonction est une tâche à réaliser,
  • Une mission inclue une notion de résultat à atteindre.

Quand on donne une fonction à quelqu’un on le « fonctionnarise », quand on lui donne une Mission on donne du sens à son travail, on le rend « Missionnaire » en charge d’un idéal à atteindre. Et cela n’a rien à voir avec secteur privé et publique…

Illustrons :

J’ai jadis formé des managers aux ex « Assedic » qui avait leur mission chevillée au corps : « Notre rôle c’est d’ouvrir les droits des allocataires en moins de 48 h parce qu’il a besoin de l’argent pour manger, le reste c’est notre problème »

Et je croise régulièrement des « fonctionnaires » dans certaines enseignes de bricolage du secteur privé qui on me répondent avec un air dédaigneux : « Ce n’est pas mon rayon ! c’est là-bas » accompagné d’un geste « approximatif ». Dans ce cas la fonction de « Vendre du matériel de plomberie » est parfaitement remplie mais la Mission de : « Servir tous les clients du magasin » ne l’est pas.

Combien de professeurs à la question : « Quelle est votre Mission ? » répondraient par leur Fonction : « Faire cours », « Faire la classe » plutôt que « Faire grandir des élèves » ? il serait intéressant de vérifier…

La Mission c’est ce qui donne le sens, la noblesse d’un métier : une personne à l’accueil d’une entreprise ne « Gère pas des flux d’appels et de visiteurs » mais « Véhicule la première image de marque de l’entreprise », une « Caissière encaisse » mais une « Hôtesse de caisse accompagne la chute brutale du rêve à la réalité : le passage critique du « j’ai un caddie rempli de choses gratuites » (concept de la caverne d’Ali Baba de l’hypermarché) à « 165,46 € ! ».

Revaloriser un métier ne se limite pas à en changer le nom (malheureusement on s’est longtemps limité à cela) mais à changer le regard que l’on porte sur sa finalité, sa plus-value et à chacun la sienne, il n’y a en a pas de plus nobles que d’autres, chacun à son rôle à jouer comme disait le Colibri dans la parabole du même nom ;-).

Comme le disait Jean Lefebvre en beurrant des toasts dans les « Tontons flingueurs » : “les tâches ménagères ne sont pas sans noblesse !”

J’espère que ce jeune professeur de gymnastique – au demeurant adorable – comprendra un jour que sa Mission est de « Passionner les enfants à sa discipline », c’est la clé de l’évolution de ses pédagogies.

Les « faire travailler » comme il dit, c’est reproduire les mêmes méthodes que depuis toujours, « Comment les passionner à 19h pour une discipline exigeante comme la gymnastique ? » ça pose la question du renouvellement de sa pratique.

Et c’est ce qui est à la clé de la réflexion sur la Mission, non seulement c’est porteur de sens (le « pourquoi ») mais c’est source d’innovation sur le « comment ».

Amusez-vous donc à questionner des collaborateurs autour de vous sur leur Mission, vous allez être surpris d’entendre souvent des réponses sur le contenu, pas la finalité.

Pour être pragmatique : 2 questions pour identifier la mission :

  • Quels sont les clients internes ou externes de ce métier ?
  • A quelles conditions sont-ils contents ?

Vous faites une phrase qui résume le tout avec “un joli verbe de résultat” et le tour est joué !

C’est vrai d’un métier comme d’une entreprise, pour l’entreprise on parle également de Mission, de Raison d’être, de Finalité, celle de Solar management par exemple est de :  « Réconcilier le plaisir et le travail » !

Share this entry